S’enregistrerS’enregistrer   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Un voleur au domaine...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vérone Index du Forum -> Ville -> Palais -> Domaine Calienni
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Monseigneur Lorenzo

Évêque

Hors ligne

Évêque
Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 328
Métier: Ministre de Dieu
Age: 36 ans.
Sexe: Masculin
Esclave de: Dieu


MessagePosté le: Dim 30 Nov 2008 - 19:14    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

L'évêque devait attendre le maître de maison. Il avait une affaire privée avec ce dernier. Qui aurait pu croire qu'entre le plus puissant homme d'Eglise de Vérone et un simple ami des Montaigu, il aurait pu y avoir des affaires ? A vrai dire, Lorenzo ne l'aurait pas cru la veille si on le lui avait annoncé, d'ailleurs, il avait quasiment appris l'existence de cette famille à ce moment là. Mais les faits étaient là. La nuit tombait et le père Calienni ne s'attendait pas à le voir. Il fallait dire qu'il était venu à l'improviste. Son hôte ne se trouvait donc pas dans sa demeure pour le moment. Quelques serviteurs l'avaient invité à s'asseoir. Il sirotait une tasse de thé en attendant et en lisant quelques pages de son bréviaire qu'il portait toujours sur lui. Mais après de longue minutes, il en avait eu assez. Le vent frais du soir passait par la terrasse et soufflait sur son visage.

Il s'était donc levé, oubliant de ranger son livre, le posant sur le fauteuil et se dirigeant vers l'extérieur. Il était sorti écoutant tranquillement les bruits de la nuit. Le crissement des grillons égalait les cris de la ville qui se couchait. Il aperçut à sa droite un escalier* menant aux jardins et se décida à y aller. Si cela se trouvait, Calienni était à une orgie et ne reviendrait pas avant de longues heures. Il se serait mis des baffes. Pourquoi s'était-il décidé à y aller à l'instant ? Enfin... Il savait très bien pourquoi. Une rumeur inquiétante qui était parvenue jusqu'à ses oreilles et qu'il se devait de vérifier. Il n'avait pas pu attendre.

Il posa le pied sur le sol meuble, les brins d'herbes étouffait le son de ses bottes. Ses yeux s'habituaient à la pénombre de l'endroit. Il vit au loin un petit verger ou se qui ressemblait à cela. Il marcha quelque pas appréciant ce silence. C'était un silence champêtre différent du silence monacal auquel il était habitué. Il s'attrista en pensant qu'il s'agissait d'un silence vivant dans lequel de minuscules bruits apparaissaient sans pour autant rompre le calme. En comparaison, à la basilique, il s'agissait d'un silence de mort. Dieu avait créé la vie pas la mort. Cela le gêna. Mais ce silence se rompit soudain. Un bruit de pas. Etrange. Ce n'était pas des pas surs de leur bon droit mais des pas qui transpiraient le mensonge.

Prestement, l'évêque s'approcha de la silhouette sombre qui se détachait dans la pénombre. Une telle agilité était étrange pour un homme toujours habitué à marcher calmement. Soudain, il aggripa fermement le bras de l'intrus et l'emmena sur quelques pas, de manière à le placer dans la lumière qui s'échappait des fenêtres du domaine. Il put ainsi le voir. Un homme jeune, habillé comme un simple citoyen. Assurément cela ne pouvait être un membre de la famille ou un domestique. Juste un égaré ou au pire, un voleur. Cela devait être cela, sans aucun doute !

"Qui es-tu, manant ?"

L'évêque n'avait pas pu s'empêcher de chuchoter, sa propre voix lui aurait fait mal, il n'avait pas eu envie de rompre ce silence. Pourtant sur son visage, seul la rudesse et la colère transparaissait. On avait beau être évêque, homme d'église, symbole de la miséricorde, on pouvait également faire comprendre aux petites gens que la Loi existait.






*caché par la baraque sur ton plan XD

_________________
Tuez les tous, Dieu choisira les siens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Publicité



MessagePosté le: Dim 30 Nov 2008 - 19:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Mar 2 Déc 2008 - 22:09    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Vincenzo monta souplement sur le mur extérieur du domaine, afin de sauter dans le jardin, derrière la maison. Son père n’était pas là ce soir, il avait prévenu la famille qu’il rentrerait tard, sans pour autant donner davantage de renseignements. Vincenzo se doutait bien que le tard en question signifiait surement le lendemain matin, mais il avait toutefois préféré être assez raisonnable en se disant de rentrer relativement tôt, en partie pour ne pas être complètement crevé le lendemain matin, parce qu’il n’aurait pas été question de changer ses habitudes de la journée. Cela aurait trop attiré l’attention. Et il ne fallait pas que ses parents découvrent ses escapades nocturnes. Même si, durant celle-ci, Vincenzo ne faisait pas de mal, le simple fait de trainer avec de telles personnes ne convenait pas à son rang ; et ses parents ne pouvaient le tolérer.
Bref, Vincenzo avait profité de l’occasion pour sortir un peu plus longtemps. Son père n’était pas là, les serviteurs auraient relâché davantage leur présence, sans craindre de réprimande, et Vincenzo pourrait donc se permettre de rentrer plus tard. Il était allé avec un groupe d’amis -de simples jeunes citoyens- faire un tour dans les rues de la ville. Il avait trainé avec eux, discutant de tout et de rien, sans se préoccuper du protocole et de son apparence. Il s’était habillé comme un simple citoyen, pour se fondre dans la masse. D’ailleurs, aucun des habitants de Vérone qu’il avait croisé n’auraient pu dire qu’il était un noble. Même ses amis, qu’il connaissait depuis longtemps, l’ignoraient.
Ainsi, voila pourquoi, vêtu comme un simple citoyen, le fils aîné de la famille Calienni enjamba le mur d’enceinte du domaine de ses parents, afin de rentrer chez lui. Il sauta souplement à terre. Comme à chaque fois. Rien à signaler. Tout était calculé précisément. Comme à chaque fois. Un pas, deux pas. Pas de problème. La démarche souple et discrète, Vincenzo avançait à pas assurés dans le jardin du domaine, prévoyant de passer par derrière le bâtiment.

C’est alors que ce qu’il n’avait pas prévu arriva. Ou plutôt ce qu’il redoutait, et que, trop confiant à cause de l’expérience des années, il avait laissé de côté. En moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, quelqu’un avait attrapé Vincenzo par le bras et l’avait entrainé quelques pas plus proche du bâtiment, dans la clarté diffusée par la fenêtre. Vincenzo leva les yeux vers lui, sans pour autant lever complètement la tête, afin que l’autre ne le reconnaisse pas, au cas où il l’ait déjà vu. C’était idiot, il devrait forcément se présenter à un moment où à un autre, et ce moment arriva beaucoup plus vite qu’il ne l’aurait espéré en fait.


"Qui es-tu, manant ?"

Tout juste un murmure chuchoté dans la nuit, mais pourtant, la rudesse transparaissait dans cette phrase. L’homme qui venait de prononcer ces paroles était un homme d’Eglise, un évêque. Qu’allait-il lui répondre ? Dire son faux nom, Vincenzo Vittore ? Ou dire la vérité ? Mentir le gênait, et cela lui attirerait des problèmes par la suite. Dire la vérité lui en attirerait tout autant, et peut-être -surement même- que l’évêque ne le croirait pas. Vincenzo resta un moment silencieux. Il n’était sur que du prénom à dire, étant donné que quelle que soit son identité, il avait le même. Et il était sur également d’une autre chose : il aurait de sacrés problèmes.

« V...Vincenzo... »

Sa voix n’était pas très assurée, mais il pouvait difficilement faire mieux. Son cœur battait à tout rompre, à cause de l’inquiétude et de l’angoisse. Pourquoi est-ce que c’était arrivé ? Pourquoi est-ce qu’il s’était fait prendre ? Et en plus, dans de telles conditions, par un inconnu ! Vraiment, Vincenzo avait la poisse, aujourd’hui. Déjà, ce matin, en ce levant, tout avait mal commencé. Il s’était levé en retard, il n’avait pas fini tout ce qu’il voulait faire, il avait manqué de peu de s’énerver en présence de ses parents... Une journée pourrie dès le début. Sa sortie nocturne aurait du la faire se terminer positivement. C’était ce que Vincenzo avait pensé. Et bien non. Il s’était fait prendre.
Maintenant, restait encore à finir cette phrase laissée en suspens depuis près d’une seconde. Calienni ? Vittore ? Les problèmes tout de suite ? Ou plus tard ? Calienni ? Vittore ?


« ... et vous ? »

Troisième solution, pas vraiment la meilleure... même vraiment pas la meilleure. Mais elle retardait un peu le moment du nom, ainsi que les ennuis. Enfin, pas si sur...


[désolée, vraiment pas terrible ><]
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Monseigneur Lorenzo

Évêque

Hors ligne

Évêque
Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 328
Métier: Ministre de Dieu
Age: 36 ans.
Sexe: Masculin
Esclave de: Dieu


MessagePosté le: Ven 5 Déc 2008 - 18:15    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

[non. D'ailleurs tant que tu t'éclates et que tu me laisses au moins une ouverture, les messages sont bons. ^^ Ils ont accomplis leur rôle.]


Vincenzo. La voix avait été effrayée, peu assurée, peu confiante, peu convaincue, peu sûre. Peu sûre et pourtant Lorenzo était sur de la véracité de la réponse donnée. Appeuré comme semblait l'être cet enfant, on ne mentait pas. Malgré tous les efforts de l'être humain, les créatures de Dieu avaient une certaine propension à dire la vérité. Même les élites. Mais ceci se voyait moins : elles restaient plus facilement calme. Un calme que ne possédait évidemment plus l'adolescent. Plus de calme mais un certain culot : un 'et vous' timide mais pourtant impertinent surgit de la part du suspect. Assurément, il ne pouvait s'agir que d'un petit citoyen n'ayant jamais eu la foi suffisante pour aller assister aux cérémonies religieuses publiques qu'organisait l'Eglise chaque année en l'honneur des fêtes. Sinon, il aurait su qui était l'homme en face de lui. Très mauvais point. L'écclésiastique tordit donc le bras du jeune homme en conséquence et le força à se mettre à genoux.

"Je suis l'Evêque de cette ville, insolent !"

Très mauvais point. Giovanni n'avait pas travaillé d'arrache pied toutes ces années pour ne pas être reconnu par le moindre pequenaud qui lui passait sous la main. Pour autant, l'évêque avait continué à chuchoter. Mais ce chuchotement se faisait oublier sous l'intonation avec laquelle il avait lancé sa réponse. Réponse bientôt suivi d'une autre question :

"Que viens-tu faire ici, Vicenzo ? Dérober les biens de ces gens ? Répond !"

Là, le dernier ordre avait été parlé. Cela rompait sur le silence ambiant, cela attira un serviteur qui passait devant la fenêtre et jeta un coup d'oeil interloqué et qui s'arrêta devant les précieuses fenêtres de verre en essayant decomprendre ce qui se passait et ce qu'il devait faire. Son ombre avait été projetée aux pieds des deux hommes. Le plus âgé des deux avait d'ailleurs levé la tête pour contempler l'hésitation du valet.

_________________
Tuez les tous, Dieu choisira les siens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 7 Déc 2008 - 16:11    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Vincenzo serra les dents mais ne cria pas lorsque l’ecclésiastique lui tordit le pas pour le faire se mettre à genoux. Le jeune garçon se laissa faire, sachant très bien que résister aurait été vain et n’aurait fait que lui apporter des douleurs supplémentaires. La solution choisie par Vincenzo était décidemment la pire, en fait. L’évêque de la ville... Ouais, c’est sur, la question était stupide. D’autant plus qu’il l’avait déjà vu durant des cérémonies religieuses publiques, données à l’occasion des fêtes. Quelle idée avait-il eu de poser cette question ?!

Ce qu’il venait faire ici ? Comment lui dire qu’il rentrait chez lui, qu’il ne venait aucunement commettre un quelconque larcin ? Vincenzo regarda l’évêque en réfléchissant rapidement à cette question. La voix, si basse soit-elle, avait rompu le silence dans lequel baignait le domaine. Un serviteur fut d’ailleurs attiré, sans doute par le bruit. Vincenzo détourna rapidement le regard, baissant un peu la tête pour cacher son visage avec ses cheveux. Il n’avait plus qu’à espérer que le serviteur ne l’ait pas reconnu.

Vincenzo sentait déjà son cœur s’accélérer ; il battait à présent à un rythme insoutenable. Pourquoi avait-il fallu qu’une histoire comme ça arrive ? Ne pouvait-il pas continuer à mener sa double vie tranquillement ? Il ne faisait pourtant pas de mal. Vincenzo soupira et répondit, d’une voix particulièrement basse :

« J.. J’habite ici... »

Ce n’était pas un mensonge. Il habitait bien ici. Mais cela ne disait pas tout. Il ne disait pas qu’il était l’héritier de la famille Calienni. On pouvait tout aussi bien penser qu’il était le fils d’un serviteur, qu’il travaillait ici et vivait dans une des dépendances du domaine.

« Mais... s’il vous plait... pas devant lui... »

Le mot "lui" signifiait bien sur le serviteur. Il n’y avait pas besoin de le préciser. L’évêque comprendrait surement. Après, restait à voir s’il accepterait de s’éloigner de cette fenêtre. De s’éloigner de ce serviteur, ou alors de lui dire de partir.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Monseigneur Lorenzo

Évêque

Hors ligne

Évêque
Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 328
Métier: Ministre de Dieu
Age: 36 ans.
Sexe: Masculin
Esclave de: Dieu


MessagePosté le: Lun 8 Déc 2008 - 09:51    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Ce Vicenzo détourna le regard. Comme s'il se cachait du serviteur. Etrange. Etait-il connu d'ici ? Avait-il déjà volé ? S'était-il déjà fait prendre ? Ou bien s'agissait-il d'un nouveau Roméo et Juliette ? L'évêque ignorait que le maître de maison avait une fille. Non, le gamin devait être un récidiviste. Pourtant la poigne si ferme de l'évêque se relacha un instant lorsqu'il entendit la raison de la venue. Ce gamin habitait ici ? Pourquoi tant de mystères ? Il n'y avait aucune raison à avoir agit comme il le faisait, il était dans son bon droit alors. Qu'il y avait-il de si licencieux pour avoir cette réaction ? L'évêque doutait. Ce devait être un mensonge.

Le doute ne fut plus permis lorsque l'adolescent demanda à être épargné du serviteur. L'évêque se redressa, grimaçant à cause de son dos douloureux et regarda le serviteur toujours immobile. L'évêque referma sa poigne sur le bras et un cri s'éleva dans la nuit :

"Hep ! Toi là-haut ! Viens par ici !"

Giovanni avait demandé au serviteur de venir. Celui-ci avait sursauter puis s'était décidé à obéir à l'hôte de son maître. Monsignor Lorenzo pensa qu'il fallait savoir provoquer les choses pour obtenir une certaine coopération de la part de celui qu'il ne lâchait toujours pas. Quoiqu'un sourire un peu carnassier ornait maintenant ses lèvres. Il pencha la tête et regarda sa capture :

"Voilà, Vincenzo. Celui que tu ne voulais pas voir arrive. Tu as le temps qu'il vienne pour me raconter tout dans les détails et me convaincre de te sauver la mise. Je t'écoute."

Sa voix avait été parfaitement calme et son sourire parfaitement sadique. Il se demandait comment il allait réagir. Il ne faudrait pas plus de quelques minutes au serviteur pour venir.

_________________
Tuez les tous, Dieu choisira les siens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Mar 9 Déc 2008 - 13:53    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Vincenzo écarquilla légèrement les yeux, d’inquiétude, lorsque l’évêque appela la serviteur. Non pas ça... Il soupira légèrement. D’ici quelques minutes à peine, il serait reconnu pas le serviteur de son père, qui rapporterait le récit des escapades nocturnes du jeune noble au maitre du domaine. Et Vincenzo aurait vraiment des problèmes. Enfin, il en avait déjà...

Vincenzo leva les yeux vers l’évêque lorsque celui-ci lui dit de tout raconter dans les détails. Ce qui devait arriver arriva. Vincenzo n’avait pas d’autre solution que de dire la vérité. Mentir n’aurait vraiment pas été une bonne chose. Non seulement il n’aurait sans doute pas eu le temps de trouver un mensonge convaincant dans le court laps de temps qu’il avait, mais en plus, cela ne lui aurait au mieux fait gagner qu’une minute. Le serviteur l’aurait reconnu, et aurait démenti ses paroles.


« Je... »

Vincenzo déglutit, ferma les yeux une fraction de seconde, le temps d’inspirer calmement, et plongea son regard dans celui de l’évêque. Ce dernier le tenait toujours fermement et semblait très calme. Il avait même l’air d’apprécier cette situation, si on en croyait son sourire sadique et carnassier.

« Je suis Vincenzo Calienni, le fils du maître de ce domaine. »

Il avait parlé d’un ton calme et sincère, mais son cœur s’emballait de stress. Il respira calmement, et reprit, essayant de soutenir le regard de l’évêque. Au fond de ses yeux, on pouvait voir qu’il ne mentait pas. On pouvait également y voir de la peur, bien qu’il essayât de la masquer.

« Mon... mon père ne... sait pas que je suis sorti... »

C’était dit. Maintenant l’évêque connaissait le secret du jeune noble. Vincenzo avait l’impression qu’on pouvait entendre son cœur tambouriner à tout rompre. Restait à savoir comment l’ecclésiastique réagirait à ses paroles. Le croirait-il ? Penserait-il qu’il ment ? Accepterait-il de l’aider ? Avait-il réussi à le convaincre de lui sauver la mise ? Vincenzo déglutit. Il fallait que l’évêque se range de son côté. Il le fallait. Son père ne devait pas savoir...

Le serviteur ne devait plus être très loin. Encore une poignée de secondes, et Vincenzo serait découvert. Le jeune noble ne s’était jamais senti aussi faible, aussi désemparé. L’inquiétude l’avait complètement enseveli. Il était déjà persuadé qu’il ne pourrait plus sortir de chez lui. Il allait avoir des problèmes, c’était certain... certain...


« Je... Je... »

Il allait demander de l'aide à l'évêque, le supplier de l'aider ? Il n'arrivait même plus à parler. Il baissa les yeux, dans une expression de peur presque panique. C'était fini... fini...
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Monseigneur Lorenzo

Évêque

Hors ligne

Évêque
Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 328
Métier: Ministre de Dieu
Age: 36 ans.
Sexe: Masculin
Esclave de: Dieu


MessagePosté le: Mar 9 Déc 2008 - 17:25    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Le fils du maître de maison ? Ce dernier ne savais pas qu'il était sortit ? Giovanni jubila sadiquement puis l'instant d'après, ferma les yeux en demandant le pardon du seigneur. Pour ce qu'il avait fait et surtout pour ce qu'il allait faire. Il fallait dire que la terreur panique du gamin flottait dans l'air et lui donnait de bonnes idées. Non seulement pour la demande qu'il était venu faire ce soir mais peut-être et surtout pour plus tard.

Au loin, on entendit une porte fenêtre s'ouvrir. Le serviteur n'allait plus tarder et le jeune homme se mettait à balbutier essayant désespérement de trouver les mots pour se sauver la mise.

"Il t'a vu alors ne bouge pas et laisse moi faire."

L'évêque dégrapha son lourd manteau bordé de fourrure et le déposa sur les épaules du jeune homme. La différence de taille et de stature était flagrante : l'adolescent était recouvert par ces étoffes et son costume de simple citoyen disparaissait dessous. L'évêque s'était accroupi près de l'oreille de Vincenzo en lui déposant son vêtement sur les épaules et il lui murmurra :

"Tu sais comme moi, ce qui se passera si tu ne joues pas le jeu ou si tu me froisses. Que dirait ton père, mmmh ? Assurément, il te chasserait pour avoir aussi impunément failli à ton rang. Tu tomberais et rejoindrais les plus misérables de ceux avec lesquels tu voulais vivre.
- Que se passe-t-il, monseigneur ?"

Lorenzo se retourna et aperçu le valet qui tenait une lampe à la main. Il se leva dignement tel un maître sur l'Olympe. Il le dévisagea avec ce regard numéro 43, celui avec lequel il était si facile de déstabiliser les gens et de leur faire tourner la tête. Ce qui se produisit d'ailleurs. La voix de l'évêque retentit forte et grave :

"Aidez votre jeune maître à regagner ses appartements. Il semble s'être foulé la cheville. Il fallait bien que cela arrive lorsque l'on prend l'air dans le parc sans aucune lampe, n'est-ce pas, jeune homme ?"

L'évêque passa du ton à peu près neutre mais pourtant grave à un regard étrange sur l'enfant. Un regard qui signifiait que son secret ne tenait que sur un fil et que si c'était Giovanni Lorenzo qui tenait les ciseaux, le seul qui pouvait se faire refermer les lames était bien le plus haut dignitaire de l'église dans cette ville. Il ne fallait effectivement pas froisser la susceptibilité de l'évêque. Mais il réglerait les derniers détails dans la chambre du jeune homme.

_________________
Tuez les tous, Dieu choisira les siens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Jeu 11 Déc 2008 - 18:05    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

L’évêque accepta finalement d’aider Vincenzo, au plus grand soulagement du jeune noble. A présent recouvert par le lourd manteau de l’évêque, l’habit de Vincenzo était dissimulé. Nul n’aurait pu dire qu’il était vêtu comme un simple citoyen. Toutefois, le murmure de l’ecclésiastique lui glaça les sangs. Et voila, du chantage. Il aurait du s’en douter. Il n’aurait jamais du entrer dans ce cercle vicieux. Mais il le réalisait que trop tard. Et il ne pouvait pas revenir en arrière. Il était forcé de faire ce que l’évêque lui dirait, s’il ne voulait pas que son père sache qu’il sortait la nuit, comme cela...

Vincenzo soupira mentalement et déglutit lorsque le serviteur arriva. Quelle allait donc être l’idée géniale de l’évêque ? Parce que lui mettre le manteau sur le dos, ok ça cachait ses vêtements, mais il fallait encore trouver une excuse pour avoir fait venir le serviteur et pour la scène qu’il avait vue. Vincenzo se serait tordu la cheville. Un mensonge tellement simple, que c’était évident qu’il marcherait. Le jeune noble se contenta de hocher la tête, approuvant les paroles de l’évêque. Puis il avança vers le serviteur, en faisant semblant d’avoir mal à la cheville, boitillant légèrement. Le dernier regard que l’évêque lui avait lancé avait grandement ravivé son inquiétude, et il n’avait plus qu’une hâte, c’était d’être seul dans sa chambre.

Le domestique sembla croire que son jeune maître s’était blessé et le raccompagna à sa chambre avec le plus grand soin et le plus de précaution qu’il lui était possible. Lorsqu’il lui suggéra de ‘aider à se mettre au lit, Vincenzo lui fit signe de sortir. Il n’avait pas du tout envie que le domestique l’aide à se changer ou à se mettre au lit, car s’il avait fait cela, il aurait forcément vu la tenue de Vincenzo.


« Merci, je n’ai pas besoin d’aide... »

Un ton peut-être un peu trop sec, mais Vincenzo n’était pas assez calmé pour parler doucement. Lorsque le serviteur fut parti, le jeune noble se dépêcha de se changer, mettant des vêtements correspondant à son rang. Le manteau de l’évêque était à présent posé sur le lit, et Vincenzo s’assit à la place de son oreiller, ramenant ses jambes contre ton torse. Son regard était braqué sur le manteau posé à ses pieds, et petit à petit, il ne le voyait même plus. Sa respiration était relativement calme, surtout mécanique, et il était un peu absent. Les bras entourant ses jambes, la tête sur ses genoux, il soupira légèrement. Il avait de sérieux problèmes.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Monseigneur Lorenzo

Évêque

Hors ligne

Évêque
Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 328
Métier: Ministre de Dieu
Age: 36 ans.
Sexe: Masculin
Esclave de: Dieu


MessagePosté le: Jeu 11 Déc 2008 - 21:32    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

La porte de sa chambre s'ouvrit sans que le visiteur n'ait frappé. Cela mettait les choses au point dans un certain sens. Pourtant, la tête qui apparu était des plus engageante. Un sourire sain et franc sur les lèvres ne réussissait pas à dissimuler une aura de générosité. Le théatre était le talent des hommes politiques. A ce niveau de prêtrise, Monsignor Lorenzo n'était plus seulement un serviteur de Dieu. Il était également homme politique comme l'avait d'ailleurs prouvé la demande du Prince à former son héritier.

La porte se ferma sans heurt derrière lui. Une voix douce s'éleva :

"Votre serviteur s'inquiète. Il n'est pas habitué à vous voir ainsi. Il m'a expliqué avec quelle brutalité vous l'aviez renvoyé. Il a été très soulagé lorsque j'ai proposé de venir vous rendre visite. Vous ne me diriez pas de partir à moi aussi, n'est ce pas ?"

L'évêque prit la lourde fourrure qui était posé sur le lit et la rangea sur une chaise de ses appartements avant de revenir, tout sucre, tout miel s'assoir à côté de Vincenzo. Il le prit entre ses bras et lui posa la main dans les cheveux en commençant à le caresser comme on le faisait pour réconforter un petit enfant. Ou comme on caressait une brave petite bête domestique. Tout en continuant à le caliner ainsi, il murmurrait à ses oreilles :

"Et bien, en voilà des habits qui compensent la douleur d'une cheville foulée, n'est-ce pas, Vicenzo ? Je suis sur que tu pourrais à nouveau gambader comme un lapin dans les rues de la ville. Que faisais-tu ? Allais-tu retrouver une Juliette ? Tu ne m'a pas tout expliqué. Maintenant que nous avons autant de temps qu'il n'en faudra à ton père pour revenir, tu peux tout m'expliquer."

L'évêque s'éloigna un peu et regarda l'adolescent. Il prit un visage désapointé et souleva la tête du jeune homme, de son nouveau pantin peut-être, par un doigt sous le menton.

"Allons, Vicenzo, ne prends pas une tête pareille. On dirait que tu es promis à la damnation éternelle."

_________________
Tuez les tous, Dieu choisira les siens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Ven 12 Déc 2008 - 15:32    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Ne pas dire à l’évêque de partir... Tss, comme s’il avait le choix. Il le laissa donc rester dans la chambre et s’installer... et le prendre dans ses bras. Vincenzo ne put s’empêcher de se crisper un peu, pendant que l’ecclésiastique lui caressait les cheveux. Le jeune noble n’aimait pas cela, il savait que ça ne présageait rien de bon. Mais il ne résista pas, il n’avait pas le choix. Il était entièrement en son pouvoir. Un mot de la part de l’évêque, et le secret de Vincenzo serait dévoilé. Et ça, Vincenzo ne le voulait pas. Il ne fallait pas que son père l’apprenne.

L’évêque lui dit alors de lui expliquer ce qu’il faisait dans les rues. Expliquer... Il n’y avait rien à expliquer, il ne faisait que se promener, trainer dans les rues, rire avec des amis. Mais il ne devait pas dire leurs noms, ils auraient peut-être des ennuis, eux-aussi... Vincenzo ne le voulait pas. Et ne voulait pas non plus en être la cause. Ses amis ignoraient qui il était, ils étaient innocents dans cette affaire.

Vincenzo se sentait mal, rien qu’à cette idée. Ses sorties nocturnes risquaient d’avoir des conséquences qu’il n’avait pas imaginées. Il était tellement sur de lui, tellement persuadé qu’il ne risquait pas d’être découvert. Il ne remarqua pas tout de suite que l’évêque s’était éloigné un peu de lui, et lorsque ce dernier lui fit relever la tête, il plongea un regard neutre dans celui de son vis-à-vis.

La damnation éternelle... Non, pas à ce point, mais... Vincenzo ne pouvait s’empêcher de stresser à l’idée que son secret puisse être découvert par sa famille et son entourage. Il soupira légèrement, ferma les yeux l’espace d’une minuscule seconde, et les rouvrit. Son regard était calme, mais ce calme n’était qu’une façade.


« Hm... »

Maintenant, il fallait répondre à la question de l’évêque. Ce qu’il faisait dehors, à une telle heure, vêtu d’une telle manière. Que dire ?

« Je ne faisais rien de particulier... je me promenais... »

L’ecclésiastique ne se contenterait probablement pas de cette réponse, pourtant c’était la vérité. Il ne mentait pas, il n’en avait pas l’intention. Il détestait le mensonge. C’était paradoxal, avec sa double vie, mais c’était pourtant le cas.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Monseigneur Lorenzo

Évêque

Hors ligne

Évêque
Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 328
Métier: Ministre de Dieu
Age: 36 ans.
Sexe: Masculin
Esclave de: Dieu


MessagePosté le: Ven 12 Déc 2008 - 18:18    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

A la réponse de l'enfant, l'évêque une seconde de grands yeux étonnés. Il se promenait seulement ? Pas de filles ? L'évêque était à peu près certain que le garçon ne mentait pas. Il avait tropà perdre si jamais l'évêque s'en rendait compte. Ce dernier reprit un sourire gai et plein de compréhension avant de lâcher l'adolescent et de s'en éloigner un peu :

"Tu te promenais... Je comprends pourquoi. On doit sentir une telle liberté, je me trompe ? T'es tu fait des amis ? Découvre tu des choses intéressantes ? Raconte moi. Je n'ai que le temps à tuer et je peux pas me promener aussi discrètement que toi. Normalement, en me croisant, les fidèles me reconnaissent. J'ai donc trop de distance par rapport à mes fidèles et aux affaires terrestres de la ville. Que se passe-t-il dans les rues ?"

Allusion non dissimulé aux paroles de Vicenzo un peu plus tôt. Il avait vexé l'évêque d'une façon assez incroyable. Ce dernier se leva et alla s'assoir tranquillement sur une autre chaise. Il regarda un peu autour de lui et reprit :

"Avant que tu ne me fasses ton récit, peux-tu demander à un de tes serviteurs de nous apporter du vin ? Toutes ces émotions m'ont données soif, pas toi ?"

Rhétorique quand tu nous tiens. Mais bon, il était vrai également que l'éveque avait quelques idées derrière la tête. Son pouvoir lui était efficace mais il lui fallait une bonne couverture. Une carafe de rouge en était une. Si la situation continuait comme cela. Peut-être ce qu'il allait apprendre changerait quelques données. Il l'ignorait. Il attendait les récits de son compagnon forcé.

_________________
Tuez les tous, Dieu choisira les siens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Ven 19 Déc 2008 - 23:12    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

L’évêque semblait vouloir faire comprendre à Vincenzo qu’il l’avait vexé en ne le reconnaissant pas. Quelle idée avait-il eu de lui demander qui il était ! Vincenzo avait vraiment mal joué sur ce coup. Et lui dire maintenant « en fait, je sais depuis le début qui vous êtes », c’était peut-être encore plus mal joué. Il se contenta de baisser la tête les yeux, mal à l’aise.

Bon, maintenant, restait à savoir si la question de l’évêque attendait vraiment une réponse. Il lui avait demandé ce qui se passait dans les rues. Vincenzo réfléchit rapidement à ce qu’il pourrait en dire. A vrai dire, il ne se passait pas grand-chose, du moins il n’était témoin de rien d’important. Il ne faisait qu’aller dans un coin tranquille avec une bande d’amis pour discuter ou courir... Et puis, il ne savait pas quoi dire qui aurait pu...

Le jeune garçon dût interrompre ses pensées car l’évêque prit à nouveau la parole. Il leva les yeux vers lui sans pour autant relever la tête. Ses cheveux tombaient devant ses yeux, cachant un peu son visage. Un peu plus et il aurait l’air d’un pauvre hère. L’évêque voulait du vin, Vincenzo n’avait pas soif, lui, mais il allait tout de même appeler un de ses serviteurs.

Joignant le geste à la pensée, il tira sur la corde à côté de son lit. Celle-ci faisait sonner une cloche, dans une salle voisine, prévenant les domestiques que le jeune noble les demandait. Un bruit de pas précipité se fit entendre dans le couloir, puis les pas se firent plus calmes lorsque le serviteur arriva près de la porte de la chambre de son jeune maître.

Lorsque le serviteur fut là, Vincenzo prit enfin la parole, après avoir inspiré calmement pour maîtriser sa voix :


« Aldo, pourriez-vous nous apporter du vin ? »

Oui, il l’avait vouvoyé, mais cela n’avait rien d’extraordinaire, il le faisait toujours, même s'il avait tendance à éviter en présence de son père. Il avait réussi à garder une voix calme et posée dans sa demande. Le serviteur s’inclina et reparti pour chercher ce que son maître lui avait demandé. Le jeune garçon se renferma à nouveau sur lui-même, sans pour autant baisser à nouveau la tête. Il regarda l’évêque, attendant la suite.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Monseigneur Lorenzo

Évêque

Hors ligne

Évêque
Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 328
Métier: Ministre de Dieu
Age: 36 ans.
Sexe: Masculin
Esclave de: Dieu


MessagePosté le: Jeu 8 Jan 2009 - 17:05    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Le serviteur s'en était allé. Giovanni entendit les pas précipités dans le couloir s'estomper peu à peu. IL fit une remarque qui n'attendait pas de réponse, juste un raisonnement :

"J'espère que ton serviteur saura se dépêcher, je n'aime pas parler la gorge sèche."

Puis le silence s'installa, l'evêque cachant sa bouche avec ses mains croisées, réfléchissant aussi bien à l'affaire qui l'avait amené et à ce qu'il venait d'arriver. Il avait entre les mains un outil consentant. Consentant malgré lui mais au final conentant. L'évêque avait toujours appris qu'un outil s'utulisait. Maintenant, avec un outil de cette valeur, il se demandait ce qu'il pourrait en faire. S'en servir pour découvrir ce qu'il avait entendu, pour surveiller son père ? Ou alors, le dénoncerait-il ? Cette perspective était alléchante. Sans aucun doute, le gamin se retrouverait à la rue -ou Lorenzo s'arrangerait pour cela- et il n'aurait plus qu'à le récupérer et en faire son serviteur zélé au sein des Montaigu. Peut-être pourrait-il y avoir un moyen de manipuler tout cela pour qu'il obtienne plus de dons de la part de ses ouailles ?

Finalement, le serviteur revint avec la caraffe, rompant seulement le silence par le bruit du vin et s'en alla après avoir rempli deux verres. Giovanni tendit l'un des deux au blessé officiel en l'accompagnant d'un regard qui n'admettait pas de discussions. Regard numéro 4. Puis, toutjours dans le silence, il s'amusa à prolonger le moment de parler en sirotant calmement le premier verre. Les minutes s'égrenaient, on entendit sonner la cloche au loin.

"Toi qui gambade dans les rues de la ville, qui entends toutes les rumeurs et qui sait tous des dessous de Vérone mais qui ne veut pas me répondre, sais-tu aussi quand reviendra ton père ? J'étais venu pour discuter avec lui... Peut-être d'ailleurs aurais-je un sujet supplémentaire de conversation, finalement..."

Termina-t-il perfidement en avalant une autre gorgée de vin.

_________________
Tuez les tous, Dieu choisira les siens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Sam 10 Jan 2009 - 19:17    Sujet du message: Un voleur au domaine... Répondre en citant

Aldo était reparti en vitesse afin d’aller chercher du vin pour son jeune maître et pour l’évêque qui lui tenait compagnie. Depuis son départ, Vincenzo regardait l’évêque, bien conscient que ce dernier resterait sans doute bien longtemps dans cette chambre. Vincenzo devait prendre son mal en patience et s’arranger pour limiter les dégâts. Comment, il ne savait pas encore. Il ne savait pas non plus quel dégâts, mais il se doutait bien que l’ecclésiastique n’était pas là juste pour discuter. Replié sur lui-même et sur ses pensées, il l’entendit à peine faire la remarque que le serviteur devrait se dépêcher. Oui, il se dépêcherait, songea vaguement Vincenzo. Aldo se dépêchait toujours pour subvenir au plus vite aux besoins de ses maîtres.

D’ailleurs, le voila qui revenait déjà. La porte s’ouvrit, et Vincenzo sorti de son renfermement pour ne pas montrer son état à Aldo. Cela lui causerait plus de problèmes qu’autre chose, il s’en doutait bien, s’il montrait son inquiétude quant à la présence de l’évêque dans sa chambre. C’est pourquoi ce fut sous le regard calme de son jeune maître qu’Aldo servit le vin. Ce regard n’était qu’une façade et le serviteur ne parviendrait pas à voir au travers. Vincenzo était bon comédien, il avait eu le temps de s’entrainer, depuis le temps qu’il cachait ses sorties nocturnes.

Machinalement, dans un geste de calme apparent, l’adolescent prit le verre que lui tentait l’évêque. Le serviteur n’était déjà plus là, mais Vincenzo jugeait préférable de se montrer calme. La panique ne résolvait rien, et petit à petit, il arrivait à se calmer vraiment. Les minutes continuaient de s’écouler, mais elles semblaient plus longues qu’en temps normal. C’était sans doute une impression, le temps ne pouvait pas ralentir comme ça. Vincenzo n’avait toujours pas touché à son verre de vin, alors que l’évêque sirotait déjà le sien. Vincenzo n’avait pas soif et il avait encore moins envie de boire du vin. En fait, il n’avait pas envie de grand-chose. Et de rien de réalisable.

Finalement, le silence fut brisé par l’évêque qui lui demandait quand reviendrait son père. Apparemment, il devait se passer quelque chose d’important pour que l’évêque de la ville se décide à venir, une fois le soir bien avancé, chez un noble, sans le prévenir. Mais ce que cela pouvait bien être, Vincenzo n’en savait rien. Son père avait juste prévenu qu’il rentrerait tard


"Je l’ignore... Il a prévenu qu’il rentrerait tard, ce soir, sans préciser d’heure..."

Ce n’était pas un mensonge. Cela ne l’aurait avancé à rien de mentir et, au fond, il n’aimait pas mentir, même s’il le faisait quand même, ne serait-ce que pour cacher le secret -plus si secret que ça- de ses sorties nocturnes. Se doutant que l’évêque voudrait en savoir davantage, il baissa les yeux pour montrer qu’il ne pourrait malheureusement pas lui faire part de ses informations. Il n’avait que des hypothèses, mais il n’avait pas envie d’en parler avec l’homme d’Eglise.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Contenu Sponsorisé



MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:52    Sujet du message: Un voleur au domaine...

Revenir en haut

Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vérone Index du Forum -> Ville -> Palais -> Domaine Calienni Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com