S’enregistrerS’enregistrer   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Au sec
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vérone Index du Forum -> Ville -> Comptoir de Commerce
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 13:22    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

[Venant de Rêverie sur un petit pont de pierres]

Lucci poussa la porte de l'imposant bâtiment, Vicenzo sur ses talons. Ils avaient quitté le petit pont en marchant d'un bon pas, mais s'étaient bien vite mis à courir sous la virulence de l'averse. Lucci avait dit qu'ils ne seraient pas trempés, mais il avait eu tort... Leurs cheveux dégoulinaient sur le marbre blanc du sol, et les quelques dizaines citoyens présents dans le comptoir -qui pouvait, par jours d'affluence, en contenir des milliers- les dévisageaient.

La porte se referma derrière l'adolescent aux cheveux noirs. Aussitôt, deux jeunes garçons en livrée blanche -certainement des esclaves- se précipitèrent pour essuyer la boue que les deux nobles avaient étalée sur le sol en entrant. La propreté était un devoir dans un établissement de cette ampleur... Lucci se tourna vers Vicenzo.


"Suis-moi, il y a des comptoirs privés à l'arrière... Nous pourrons nous sécher."

Lucci traversa le grand hall sans se formaliser des regards interrogateurs qui pesaient sur les deux hommes trempés. Il arriva à une rangée de colonnes, derrière lesquelles se trouvaient une série de portes en chêne. Sans hésiter, Lucci se dirigea vers l'une d'entre elles et frappa. Quelques instants après, la porte s'ouvrit sur grand homme maigre, aux cheveux grisonnants, qui paraissait la cinquantaine.

"Lucci! Que me vaut le plaisir de votre visite?"

"Bonjour Antonio... Je viens abuser de votre hospitalité... Mon ami et moi-même sommes trempés, auriez-vous l'obligeance de nous laisser cette pièce une heure ou deux?"

Le prénommé Antonio regarda l'état des vêtements de Lucci et de Vicenzo, mais ne fit aucun commentaire. Il sortit de la pièce et s'écarta de l'entrée pour laisser passer les deux hommes.

"Bien entendu. Je reviendrai ce soir."

Les deux nobles entrèrent. Après avoir franchi la porte, le regard se posait sur une pièce confortable, dont les murs en pierre avaient été recouverts de bois. Il n'y avait pas de fenêtre, mais deux torches étaient accrochées au mur. Deux confortables divans, ainsi qu'un fauteuil, entouraient une table basse. Dans le fond de la pièce se trouvait une cheminée, mais aucun feu ne brûlait à l'intérieur. Lucci se tourna vers Vicenzo, et lui sourit.

"Je t'en prie, fais comme chez toi."

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Publicité



MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 13:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 13:48    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Vincenzo suivit Lucci au comptoir de commerce. Il pleuvait tellement fort que, malgré le pas de course qu’ils avaient adoptés, ils étaient complètement trempés et leurs cheveux dégoulinaient sur le sol. Les regards étaient tournés vers eux, mais Vincenzo n’y prêta pas attention et ne regarda pas les gens qui les dévisageaient, Lucci et luit. Il n’avait pas à se justifier de sa présence, après tout. Très rapidement, deux jeunes garçons vêtus de blancs arrivèrent pour nettoyer la boue que les deux nobles avaient laissée sur le sol en entrant. Vincenzo les regarda brièvement l’espace d’un instant et retourna son regard vers la grande pièce. En l’espace d’un bref regard, il remarqua qu’il ne connaissait personne ici, même si un homme, de profil, lui rappelait un peu un ami de son père. De toute façon, l’homme en question ne regardait pas dans sa direction.

Vincenzo conservait un calme magistral malgré le fait qu’il ne connaisse pas du tout ce lieu, contrairement à Lucci. Lui semblait être déjà venu, étant donné qu’il savait qu’il y avait des comptoirs privés à l’arrière. L’héritier de la famille Calienni fut conforté dans cette hypothèse lorsque Lucci frappa à l’une des portes et qu’il fut tout de suite reconnu par le dénommé Antonio.

L’homme leur laissa la place, à la demande de Lucci, et s’en alla. Vincenzo suivit donc le jeune homme dans la pièce. Il regarda rapidement autour de lui, pour se donner une idée des lieux. C’était une pièce confortable et agréable et, malgré l’absence de fenêtre, pas étouffante. Il faisait clair, grâce à deux torches accrochées au mur.

Lucci invita Vincenzo à faire comme chez lui.


« Merci... »

Le brun lui sourit calmement. Un sourire comme un remerciement, comme pour accentuer ses paroles.

« Tu viens souvent ici ? »

En tout cas, il en avait l’air. Bien sur cette question, posé sur un ton calme et amical incitant à la discussion, n’attendait pas un simple "oui" comme réponse, mais Lucci serait libre ne répondre juste ce qu’il voulait faire savoir à son interlocuteur. En attendant sa réponse, Vincenzo enleva son poème de sa poche intérieur, pour éviter qu’il reste trop en contact avec l’humidité (et c’est un euphémisme) de ses vêtement, et le posa sur la table basse. Il était bien mouillé et l’encre avait un peu coulé, mais c’était tout de même très lisible. Vincenzo aurait pensé qu’il se serait retrouvé dans un plus mauvais état, et il n’allait pas se plaindre de le voir plutôt bien conservé. Le jeune noble avait un léger sourire calme sur les lèvres.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 14:14    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Vicenzo remercia le jeune blond de l'avoir invité, et sourit pour le remercier. Lucci lui rendit son sourire.

« Tu viens souvent ici ? »

"Je suis venu deux ou trois fois... Mais je connais bien Antonio, car j'ai souvent fait affaire avec lui... Je ne suis arrivé à Vérone que récemment, comme je l'ai déjà dit je pense, et je reste avant tout un marchand... Pour tout te dire, il me doit de l'argent, c'est pour cela qu'il accepte de me prêter cette pièce... En échange, je ne le pousse pas trop pour me rembourser."

Lucci vit son ami, s'il pouvait l'appeler comme cela, sortir son poème de sa poche. Il était un peu mouillé, mais semblait toujours lisible. Le jeune noble se dit alors que Vicenzo devait avoir froid, même si la température de la pièce était acceptable, avec ses vêtements mouillés. Lui-même avait froid.

Lucci se dirigea vers le mur de droite, à peu près au milieu de la pièce. Il appuya sur une des lattes de bois qui recouvraient le mur, et celle-ci bougea, révélant un renfoncement dans le mur d'une cinquantaine de centimètres de profondeur. Le blond en sortit son contenu, c'est à dire trois tuniques noires, toutes simples, ainsi que deux pantalons, noirs eux aussi. En revanche, il replaça à l'intérieur une dague et une bourse, contenant sans doute un peu d'or. Les vêtements sentaient un peu le renfermé, mais au moins, ils étaient secs. Le noble expliqua à Vicenzo, apparemment perplexe:

"Tu sais, il y a le même mécanisme dans toutes les salles du bâtiment, mais à des endroits différents... Je ne sais pas si Antonio connaît l'existence de celui-ci..."

Lucci sourit à son interlocuteur.

"Enfin, il y a des vêtements secs, et assez pour deux. Ce n'est pas la meilleure qualité, mais au moins, ils sont secs..."

Vicenzo n'était bien entendu pas obligé d'accepter les vêtements que lui tendait Lucci, mais s'il restait trop longtemps dans ses vêtements mouillés, il allait attraper la crève...

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 14:42    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lorsque Lucci lui expliqua la raison pour laquelle le dénommé Antonio lui prêtait cette pièce, Vincenzo hocha légèrement la tête, d’un air un peu pensif. Lucci était un marchand, il le savait, mais bon. Lorsqu’il activa un mécanisme dévoilant un renfoncement dans le mur, Vincenzo le regarda, légèrement perplexe. Il n’aurait même pas imaginé qu’il y ait ce genre de mécanisme en cet endroit. Lucci lui expliqua qu’il y en avait dans toutes les pièces, en lui souriant, et Vincenzo lui rendit son sourire. C’était intéressant à savoir, en fait, c’était surtout intéressant de discuter avec Lucci. Il préférait ne pas se poser de questions inutiles, du genre de comment Lucci savait que le mécanisme était exactement ici.

Lucci lui tendit des vêtements qu’il avait sortit du renfoncement du mur, en précisant qu’ils n’étaient pas de la meilleure qualité. Au fond, le principal étaient qu’ils soient secs, et Lucci semblait du même avis. Le brun prit les vêtements que Lucci lui tendait, il ne voulait pas rester dans des vêtements trempés, il n’avait pas envie de tomber malade à cause de ça. Cela aurait été d’autant plus stupide qu’il avait la possibilité de se changer. Il y avait de quoi se changer pour les deux jeunes hommes, sinon, Vincenzo aurait refusé, préférant laisser les habits secs à Lucci qui l’avait conduit ici. Mais comme il y en avait pour deux, il n’avait pas de raison de refuser !


« Merci »

L’héritier de la famille Calienni posa les vêtements que lui tendait Lucci sur l’accoudoir du fauteuil qui se trouvait à côté de lui et enleva son mantel, sorte de long gilet sans manches, de drap fin de couleur brune. Le tissu était encore trempé et cela aurait été étonnant qu’il ne le soit plus, d’ailleurs, vu la quantité d’eau qui lui était tombée dessus. Son justaucorps vert foncé aux manches bouffantes était complètement collé sur sa peau à cause de l’eau. Et encore s’il n’y avait que ça. En fait, il était complètement trempé, c’était plus simple et rapide à dire comme cela.

Cela lui ferait du bien de se changer, et même si les vêtements n’était pas de la même qualité que ceux qu’il portait en ce moment. Après tout, ce n’était pas comme s’il n’avait jamais mis des vêtements simples lorsqu’il sortait en cachette de chez lui et qu’il ne voulait pas que l’on devine son rang.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 15:44    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lucci était heureux que Vicenzo ait accepté les vêtements qu'il lui tendait. En effet, ce dernier aurait pu invoquer de bonnes raisons de refuser, la plus évidente étant qu'il ne voulait pas se changer dans la même pièce que lui -après tout, ils ne se connaissaient guère...

"De rien, c'est normal, il ne faudrait pas que tu attrapes la crève..."

Lucci enleva rapidement sa propre tunique et se retrouva torse nu. En effet, il ne portait rien en dessous, car la chaleur l'affectait sans doute plus que les autres habitants de la ville qui n'avaient pas vécu dans des pays où la température tombait régulièrement en-dessous de 0 degrés... Même avec la pluie, l'air restait chaud, à Vérone, surtout lors d'un aussi bel été que celui-ci. Ensuite, il enfila la tunique noire et poussa un léger soupir de bien-être en sentant un tissu sec contre sa peau.

Lucci s'apprêtait à enlever également le bas, mais il hésita. Il jeta un coup d'oeil vers Vicenzo, qui avait enlevé son mantel, mais qui ne s'était pas encore véritablement changé. Le faire devant lui gênait peut-être le jeune noble... D'ailleurs, ce dernier pouvait être qualifié d'attirant, l'eau gouttant de ses longs cheveux noirs pour tomber sur ses épaules trempées... Il semblait à Lucci qu'il tremblait légèrement, peut-être de froid, mais il ne pouvait pas l'affirmer.

Le blond cligna des yeux pour chasser ces pensées. Ce n'était ni le moment, ni la personne sans doute. Il sourit à l'autre noble et demanda avec tact:


"Tu veux que j'aille nous chercher quelque chose à boire? Comme ça, tu pourras te changer..."


[HRP: Envisages-tu que Vicenzo commence à flirter avec Lucci, à un moment où à un autre, ou bien resteront-ils au stade d'amis? Comme ça je sais pour la suite ^^]

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 16:27    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lucci commença à se changer. Il ne semblait pas gêné de se changer devant Vincenzo, bien qu’ils ne se connaissent pas. Il avait enlevé sa tunique trempée et enfilé la nouvelle, alors que Vincenzo le regardait calmement, sans pour autant se changer lui-même. Le soupir de bien-être de Lucci fit revenir Vincenzo à la réalité. Il s’apprêtait à se changer à son tour lorsque Lucci, après une hésitation, lui proposa d’aller chercher quelque chose à boire. Il devait probablement penser que Vincenzo était gêné de se changer devant lui. Si ça se trouvait, Lucci l’était peut-être un peu lui-même et voulait quitter un instant cette atmosphère. Bon, que répondre alors ?

Il commençait avoir soif, donc bon, en fait, cette proposition était bienvenue, mais d’un autre côté, il n’était pas particulièrement gêné de se changer devant Lucci. Il hésita une fraction de seconde et dit :


« mh... Avec plaisir. »

Lorsque Lucci fut sorti, Vincenzo enleva son justaucorps trempé pour enfiler la tunique que Lucci lui avait passée. Il fit ensuite de même avec le pantalon. Bref, il se changea rapidement et posa ses vêtements humides sur la table basse, après les voir pliés rapidement mais correctement. Les nouveau vêtements semblaient particulièrement confortables et agréables, cela faisait tellement de bien de se changer et d’enlever ses affaires trempées pour en mettre des bien sèches.

Une fois qu’il fut changé, Vincenzo attacha ses longs cheveux noirs avec une attache qu’il avait dans sa poche. Il en avait toujours une au cas où. En s’attachant les cheveux, il les serra un peu pour qu’ils soient moins plein d’eau. A présent, ils ne dégoulinaient plus vraiment, mais ils étaient toujours humides. Le fait qu’ils soient attachés empêcherait qu’ils trempent complètement la tunique qu’il allait enfiler.

Puis il attendit le retour de Lucci, assis sur un des deux divans.


[HRP : Oui, avec plaisir ^^]
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 18:28    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Vicenzo répondit, après une brève hésitation, qu'il boirait avec plaisir quelque chose. Lucci sortit donc de la pièce, non sans avoir pris au passage un pantalon sec [HRP: Il faut bien qu'il se change quelque part xD]. Il alla tout d'abord aux latrines en changer, puis essora ses cheveux pour ne pas qu'ils trempent sa tunique sèche. Ensuite, il s'approcha d'une autre porte dans le fond, à laquelle il frappa.

"C'est pour quoi?"

"Tom? J'aimerais vous acheter du vin."

La porte s'ouvrit sur un homme banal, la quarantaine, habillé en rouge vif. Cette pièce-ci, contrairement à celle dans laquelle se trouvait Vicenzo, était à moitié remplie de caisses. Le dénommé Tom se détourna et alla chercher une bouteille dans l'une d'elles.

"Un excellent cru, monsieur Capulet. Il vaut vingt pièces d'argent sur le marché de Venise."

"Mais nous ne sommes pas à Venise. Je t'en donne 10 pièces d'argent."

"Quinze."

"Quinze pièces d'argent, et tu me prêtes deux carafes dont l'une avec de l'eau, et deux verres. Je te les rends ce soir."

"... Marché conclu."

Lucci réprima un sourire. Tom Bosco, le marchand qui lui faisait face, était réputé pour sa mauvaise foi. Lucci était certain que le vin ne valait pas vingt pièces d'argent au marché de Venise, mais bon... Il n'allait pas s'éterniser à cause de négociations inutiles... Enfin, pour quinze pièces d'argent, et surtout s'il en avait refusé dix, cela devait être un bon cru quand même. Tom lui apporta les deux carafes, et en remplit une de vin. L'autre était déjà pleine d'eau.

"S'il vous plaît, monsieur..."

"Merci, Tom."

Lucci sortit quinze pièces d'argent de sa bourse, puis s'en alla, fermant la porte derrière lui. Il retourna ensuite dans la pièce où l'attendait Vicenzo, qui s'était changé entre-temps. Lucci déposa ce qu'il transportait sur la table basse, puis s'assit à côté de Vicenzo. Il ne put s'empêcher de remarquer que les vêtements lui allaient à merveille. Après tout, ils faisaient quasi la même taille... Souriant, le blond dit:

"Je suis content que mes vêtements t'aillent bien. J'ai du vin, qui ne devrait pas être trop mauvais je pense, à moins que tu préfères boire de l'eau..."

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 19:17    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lucci revint vite avec un plateau chargé de deux carafes et de deux verres. L’une des carafes étaient remplie de vin et l’autre d’eau. Il s'était également changé, étant donné qu'il avait emporté un pantalon en sortant de la pièce. Il posa le plateau sur la table et s’assit à côté de Vincenzo. Le brun sourit à ses paroles et répondit :

« Encore merci pour les vêtements. »

C’était tellement plus agréable que de rester dans des vêtements mouillés par la pluie ! Il lui sourit pour appuyer ses paroles, en le regardant dans les yeux et ajouta, répondant à la seconde partie de la phrase de Lucci :


« Du vin, c’est très bien, merci. Tu en prends aussi ? »

Après la réponse de Lucci, Vincenzo servit les deux verres. Conformément à ses paroles, il prit du vin. Il était plutôt connaisseur, grâce à son père qui était très strict du point de vue des vins et lui avait appris à les reconnaître. Et cela malgré son âge assez jeune, car son père voulait lui transmettre son savoir sur les vins et son goût très prononcé pour cette boisson. Pour autant, le père de Vincenzo n’était pas un alcoolique, loin de là, mais il aimait simplement les bons vins. Et même les très bons vins. D’ailleurs sa famille avait quelques vignobles, qui étaient de plutôt bonne qualité. Ce n’était pas les meilleurs de la région, certes, mais ils étaient bons.

Bref, Vincenzo servit les deux verres et donna son verre au blond, puis il prit le sien et le leva légèrement, souriant calmement, sans quitter Lucci des yeux. C’était agréable d’être ici. Ils étaient bien installés, confortablement assis sur un divan, au sec. Pour le moment, il ne s’occupait même plus de l’heure. Il faudrait bien qu’il rentre au domaine Calienni à un moment ou à un autre mais bon, plus il retarderait ce moment, mieux cela serait. Et puis, pour une fois qu’il sortait avec l’accord de ses parents, autant en profiter, non ? Il ne rentrerait pas trop tard, certes, mais il profiterait bien de cette après-midi [je suppose que c’est l’après-midi, non ?] avec Lucci. D’ailleurs, il faudrait bien qu’il lui demande son nom ou au moins un endroit où le contacter, afin qu’ils se revoient. Mais il verrait ça à la fin de la journée, il serait bien assez temps !
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 19:52    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

[HRP: Oui, on est en fin d'après-midi, je dirais vers 4 ou 5h ^^]

Mettre des vêtements secs était on ne peut plus agréable... Du moins, c'était la réflexion que se faisait à l'instant Lucci. Vincenzo le remercia encore une fois pour les vêtements, lui souriant chaleureusement. Lucci lui rendit son sourire et répondit:

"Mais je t'en prie, c'est normal...
Oui, je prendrai bien un verre..."


Lucci prit le verre que Vincenzo lui tendait, et leva également son propre verre, à la santé de son ami. Il lui sourit et lui rendit son regard. Il avait attaché ses cheveux durant son absence, et les avait sans doute essorés pour ne pas que de l'eau goutte sur sa tunique... D'ailleurs, le blond l'aurait bien imité, mais il n'avait malheureusement pas de lien avec lequel attacher ses propres cheveux...

Le jeune Capulet porta son verre à ses lèvres, et but une gorgée de vin. Il n'était pas un connaisseur, mais c'était un vin de bonne qualité, sans toutefois avoir la riche texture des grands crus. Il était bon. C'était le principal. Il en prit encore une gorgée et allait le redéposer sur la table, lorsque la carafe contenant de l'eau attira son regard. C'était étrange... Il la regarda quelques instants, puis la prit en main. Le verre épais lui jouait-il des tours? Pour en être sûr, il déboucha la carafe et sentit... Puis il éclata de rire. C'était un son cristallin, agréable à entendre d'après ce qu'on lui disait, et qui donnait envie de rire aussi... Quelques minutes après, lorsqu'il se fut à peu près calmé, il expliqua à l'autre noble:

"C'est une erreur... Ce n'est pas de l'eau, Vincenzo, mais bien de la grappa! Et pas de la mauvaise, à mon avis... Cela doit certainement provenir de la réserve personnelle du marchand qui me l'a fournie..."

Lucci essayait tant bien que mal de garder une certaine contenance... Mais rien qu'à penser à la tête du vieux Tom lorsqu'il se rendrait compet de la disparition, il se remit à pouffer de rire... Peut-être que Vincenzo le prendrait pour fou après, mais... c'était vraiment, mais alors là vraiment trop fort.


Dernière édition par Lucci Capulet le Lun 1 Sep 2008 - 06:55; édité 1 fois

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 20:51    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lucci but une gorgée de vin et Vincenzo l’imita. Il resta pensif un instant, instant durant lequel Lucci fixait la carafe d’eau. Pendant cet instant, tout sembla s’effacer autour de lui. Il n’y avait plus que le vin. Ce vin, il le connaissait. Il le connaissait trop bien, même. Il provenait d’un des vignobles de son père, pas le meilleur, certes, ni la meilleure année, mais il était correct même s’il ne perdrait rien à vieillir un peu. Pendant cet instant, Vincenzo s’était pratiquement figé, le regard absent.

Lucci se mit à rire, ce qui fit revenir Vincenzo à la réalité. Le blond tenait la carafe d’eau qu’il venait d’observer. Une brève lueur d’incompréhension passa dans les yeux de Vincenzo. Il était tellement perdu dans ses pensées un instant plus tôt qu’il lui avait fallu quelques fractions de secondes pour terminer de reprendre ses esprits et de revenir complètement à la situation actuelle.

Le rire de Lucci était agréable et surtout très communicatif. Sans connaître la raison de la bonne humeur de son compagnon, un grand sourire gagna les lèvres de Vincenzo. Lucci expliqua alors que la carafe d’eau n’était pas une carafe d’eau, mais de la grappa. Il n’arrivait pas à garder son sérieux, et se remit à pouffer. Le sourire de Vincenzo s’agrandit un peu et, se retenant de rire, il dit :


« Calme toi... »

Il avait de plus en plus de mal à se retenir de rire, lui aussi, et cela lui avait complètement fait oublié le vin. Il posa d’ailleurs son verre sur la table basse histoire de ne pas risquer de le renverser. Il avait de plus en plus de mal à se retenir de rire, à force de voir Lucci pouffer. Il se mordait la lèvre pour ne pas être gagné par le rire, mais son regard rieur en disait très long. Il pouffa à son tour, enfoncé dans le moelleux divan, essayant de se calmer. D’habitude, il arrivait à maîtriser ses émotions, mais là, la bonne humeur de Lucci était tellement communicative, et lui-même était tellement détendu, qu’il n’y arrivait pratiquement pas

Il respira profondément, se calmant un peu, se redressa, assis correctement sur le divan et regarda Lucci, une lueur d’amusement restant au fond de ses yeux sombres. A part ce regard, il avait repris son sérieux, mais il se doutait qu’il n’en aurait pas fallu beaucoup pour que son rire reparte. Pour reprendre contenance, il but une gorgée de vin... ce qui acheva de le calmer.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Lun 1 Sep 2008 - 10:17    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lorsque Vincenzo lui dit de se calmer, Lucci fut bien tenté de repartir d'un grand éclat de rire, mais il se maîtrisa. Il s'enfonça dans le fauteuil, appuyant involontairement son épaule contre celle de Vincenzo. Il respira plusieurs fois à fond et, au bout de quelques instants, se sentit capable de se redresser et de regarder les verres, la table, son interlocuteur et même la bouteille de grappa sans éclater de rire.

Il vit que Vincenzo se mordait la lèvre, sans doute pour s'empêcher de rire lui aussi, et ne put une fois de plus s'empêcher de le trouver séduisant. Puis, s'apercevant qu'il le dévisageait depuis quelques secondes, un sourire aux lèvres, il se détourna et prit son verre de vin pour se donner une contenance. Quelques instants après, l'autre noble fit de même, toujours en regardant le blond. Lucci lui sourit, encore une fois, et se dit qu'il avait vraiment un problème s'il ne pouvait s'empêcher de sourire en présence de Vincenzo. Il allait boire une gorgée de vin lorsque la porte de la pièce s'ouvrit avec fracas, le faisant sursauter.


"Monsieur Capulet, Monsieur Capulet!!!!"

Un petit homme rougeaud se tenait sur le pas de la porte et paraissait excité comme une puce. C'était tout juste s'il ne sautillait pas sur place. De toute évidence, il avait une bonne nouvelle à annoncer...

"Les prix du verre de Venise ont augmenté de 150%! Nous ferons 2x plus de bénéfices que prévu!"

A cet instant, l'homme sembla remarquer la situation à laquelle il faisait face. Lucci était accompagné d'un autre noble, vêtu de la même manière que lui, et avait toujours son verre de vin porté à ses lèvres, comme s'il était resté figé depuis l'entrée de l'énergumène. Ses yeux ne souriaient plus du tout, et contemplaient même plutôt froidement le gêneur. Ce dernier reprit, d'un ton contrit:

"Ah... Euh... Pardon, monsieur... Excusez-moi... Je m'en vais."

Il sorit aussitôt de la pièce et la porte se referma derrière lui. Mais le mal était fait. Le mal? Pas vraiment, de toute façon, il aurait quand même dû dire son nom de famille à Vincenzo à un moment où à un autre. D'ailleurs, peut-être que sa famille était amie, ou alliée des Capulet? Mais, à voir l'expression de ce dernier, Lucci en doutait. Il but sa gorgée de vin et reposa son verre en silence, son fou-rire définitivement calmé. Il n'avait pas quitté des yeux Vincenzo, attendant une réaction, un mouvement, quelque chose de sa part...

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Lun 1 Sep 2008 - 14:46    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lucci et Vincenzo s’étaient finalement plus ou moins calmés et le blond avait à présent appuyé sa tête sur l’épaule du brun. Vincenzo se sentait étrangement bien en cet instant, qui ne dura pas longtemps. Un homme entra dans la petite pièce, ouvrant la porte avec fracas. Puis, ce fut dans la tête de Vincenzo que la répétition du nom que l’homme avait prononcé. Capulet... Vincenzo se répétait ça mentalement ce nom, qui sonnait à présent comme une lointaine litanie dans sa tête. Il s’était figé, fixant l’inconnu sans vraiment le voir.

La porte se referma, Vincenzo secoua mentalement la tête pour se remettre les idées en place. Son regard absent s’ombra alors qu’il revenait à la réalité. C’était une ironie quand même, cette situation : pour une fois qu’il sortait avec l’accord de ses parents, il rencontrait une personne qu’il n’aurait absolument pas eu envie que ses parents rencontrent. Mais Vincenzo n’avait pas envie de rire, pas du tout.

Il tourna lentement la tête vers Lucci, se dégageant sans brutalité du contact qu’il avait avec le jeune homme. A présent qu’il avait assimilé la situation, il savait que ça ne pouvait plus continuer. Si ses parents étaient au courant -et dans un lieu comme le comptoir de commerce, il était évident qu’il y aurait au moins une personne du côté de son père- il aurait vraiment des ennuis. Et pas qu’un peu.


« Capulet.... »

Il n’y avait aucune animosité dans le ton qu’il avait employé. C’était simplement comme s’il avait pensé tout haut. Comme si tout avait été chamboulé et qu’il revenait à la réalité. Il avait toujours été élevé dans la haine des Capulet, même si personnellement, il préférait d’abord juger sur le caractère de la personne plutôt que sur son nom.

Il se passa une main sur le front en soupirant silencieusement. Il ne savait pas trop quoi penser. Si ça se trouvait, Lucci ignorait qu’il faisait partie de la famille Calienni. Et il y avait peu de chance qu’il le sache d’ailleurs, même si, devant l’expression de Vincenzo, Lucci avait du deviner que sa famille n’était pas très proche de la famille Capulet.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Lun 1 Sep 2008 - 15:09    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Une fois la porte refermée, Vincenzo s'écarta de Lucci, sans brusquerie certes, mais cela blessa autant le blond qu'un coup de poignard. Et lorsqu'il prononça son nom, sans animosité, simplement comme un constat, Lucci entendit comme une condamnation irrévocable dans ces trois syllabes. "Capulet". Catalogué par le sang avant de l'être par le mérite. Marqué depuis sa naissance avec une marque de fabrique dont il ignorait tout, mais traité comme s'il n'en ignorait rien. Maintenant, la chose était certaine. Vincenzo ne faisait ni partie des amis de la famille, ni des gens qu'il aurait pu rallier à cette même famille.

"Capulet."

Lucci répéta ce nom, d'un ton posé, simple constatation. Constatation que l'amitié - voire l'amour? - naissant entre eux était impossible. Constatation qu'il était impossible d'effacer d'un geste des générations de haine. Lucci s'écarta à son tour de Vincenzo, comme pour mettre encore un peu de distance entre eux. Ce dernier passa une main sur son front, semblant soupirer. Le blond rit, sans joie, à des lieues du quasi-bonheur éprouvé quelques instants seulement auparavant.

"On dirait que c'est un mauvais rêve et que nous allons nous réveiller pour voir que cet énergumène n'est jamais entré dans la pièce... Enfin, je suppose que la compagnie d'un Capulet est bien moins désirable que celle de Lucci."

Le sarcasme suintait tant de cette dernière phrase que Lucci se demandait comment il avait pu prononcer ces mots. Mais la réaction, ou plutôt l'absence de réaction de Vincenzo l'avait attristé plus qu'il ne pourrait jamais l'avouer. Il était... déçu, c'était là le mot. Déçu que leur amitié ne puisse sans doute pas aller plus loin que les quelques heures qu'ils avaient passées ensemble aujourd'hui. Déçu que leurs deux caractères si semblables doivent être éloignés par une guerre de clans qui, il faut l'avouer, concernait bien plus leurs parents qu'eux-mêmes...

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Vincenzo Calienni

Ami de la Famille

Hors ligne

Ami de la Famille
Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 84
Lieu de résidence: Domaine Calienni
Age: 16 ans
Sexe: Masculin
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Lun 1 Sep 2008 - 15:31    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Lucci s’écarta un peu plus de lui et le ton qu’il avait employé blessa Vincenzo encore plus qu’il ne l’aurait imaginé. Son cœur était douloureusement serré. Il ferma légèrement les yeux et murmura pour lui-même :

« J’espère que c’est un mauvais rêve... »

Mais il savait bien que cet espoir était vain, il savait bien qu’il n’y avait pas de moyen de changer ce qui s’était passé. L’homme était bien entré, Lucci était bien un Capulet et lui-même s’était montré vraiment stupide.

Puis il se ressaisit Il soupira légèrement, ouvrit les yeux et se retourna vers Lucci.


« Lucci... »

Il soupira légèrement et se lança. Après tout, il n’y avait rien d’autre à faire. Il aurait aimé que cet homme ne soit jamais entré, il aurait aimé ne jamais apprendre que Lucci était un Capulet. Mais en réalité, ce qu’il aurait surtout aimé, c’est pouvoir réparer son erreur. Il n’aurait pas du réagir comme ça. Il regardait Lucci calmement et son regard était sincère, même si on pouvait y lire, tout au fond, une pointe de tristesse. Une pointe seulement, car Vincenzo masquait ses sentiments.

« Que tu sois un Capulet et que je sois un Calienni, ce n’est pas un problème pour moi. Mais si on nous voit ensemble nous aurons des problèmes. »

Et des problèmes, ce n’était pas vraiment le moment d’en avoir. Il en avait déjà assez avec son père pour ne pas rajouter cela. Déjà que son père ne tolérait que rarement qu’il sorte du domaine non accompagné, si jamais il apprenait que c’était pour retrouver un Capulet... Il était sur qu’il ne pourrait plus sortir avant un moment. Mais le plus dur pour Vincenzo, en ce moment-même, ce n’était pas ça. C’était que Lucci aussi risquait d’avoir des ennuis, et à cause de lui.

Il le regardait à présent en silence et son regard était ombré de tristesse et de douleur.
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Lucci Capulet

Neveu de la Mère

Hors ligne

Neveu de la Mère
Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 92
Lieu de résidence: Palais des Capulet (je suppose u_u')
Métier: Noble, Marchand
Age: 21
Sexe: Masculin
Maître de: Celio Caserta
Préférences: Bisexuel


MessagePosté le: Lun 1 Sep 2008 - 16:25    Sujet du message: Au sec Répondre en citant

Une fois sa tirade terminée, Lucci avait passé un bras derrière le dossier du canapé et regardait Vincenzo, un petit sourire moqueur aux lèvres. C'était sa façon à lui de s'empêcher de se prendre la tête dans les mains et de laisser libre cours à sa tristesse. Il vit Vincenzo fermer à demi les yeux et murmurer, comme pour lui-même, qu'il espérait que c'était un mauvais rêve... Puis, il rouvrit les yeux, et son expression fit disparaître le sourire moqueur du blond. En effet, on y lisait le calme caractérisan les émotions maîtrisées, mais au fond subsistait une pointe de tristesse. Blessé comme il l'était, Lucci n'avait trouvé qu'une parade, blesser Vincenzo également.

Donc, il était un Calienni... Une des familles les plus proches des Montaigus. Pas étonnant que leur amitié pose problème. Et, ce problème, c'était celui des autres. Vincenzo venait de dire que pour lui, cela ne faisait rien... Et Lucci qui pensait que la réaction de Vincenzo était purement égoïste... C'était lui qui l'avait été, bien plus qu'il ne le pensait.

Vincenzo le regardait maintenant en silence, avec un regard empreint de tristesse et de douleur. Le blond déglutitt péniblement et, à son tour, s'expliqua:


"Excuse-moi, Vincenzo... Je n'aurais jamais dû dire ça, je ne voulais pas te blesser. Je ne pensais pas que cela pourrais avoir d'aussi grandes conséquences pour toi... L'avantage pour moi, c'est que je n'ai que peu de liens avec les Capulet. Ma vie n'est pas encore ici, ni nulle part ailleurs. Si certains ragots prenaient trop d'ampleur, pour moi, cela ne porterait pas vraiment à conséquence..."

Lucci se rapprocha à nouveau de Vincenzo, presqu'assez près pour qu'il y ait un contact. Mais il n'osa toutefois pas passer son bras autour des épaules du Calienni, si jamais ce dernier le repoussait, il ne saurait que faire...

[HRP: Je fais de plus en plus court o_o' Le prochain j'allonge, promis xD]

_________________
Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions: celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu entendre en premier?
Revenir en haut

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Contenu Sponsorisé



MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:52    Sujet du message: Au sec

Revenir en haut

Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vérone Index du Forum -> Ville -> Comptoir de Commerce Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com